Le Bouineur ,ordinairement mal coiffé  est proche de la nature, il y va tout les matins pour satisfaire ses besoins, d'où cet adage " Ich habe keine Frisur, aber ich liebe Natur ".

En effet, j'ai une sainte horreur d'uriner dans des toilettes d'intérieur. J'ai besoin de grands espaces pour assouvir mes besoins naturels. C'est la raison pour laquelle je me suis fabriqué une pissotière champêtre.      J'ai trouvé cette "vasque" de pensionnat à Bel Air, une ancienne communauté hippie, sise à Kergrist-Moëlou dans les Côtes d'Armor.

Cette ancienne fontaine gisait dans un sous-bois parmi les branches mortes et les détritus rouillés qui par le passé devaient être des appareils ménagers et autres automobiles apparentées à la 2  CV. Lorsque je l'ai aperçue en partie recouverte de feuilles mortes, j'ai eu un flash : Ouah , une pissotière pour mon jardin !!!

En moins de temps qu'il en a fallu à Marcel Duchamp pour transformer son urinoir en Fontaine , je décidais en un éclair de redonner vie à cette fontaine en la transformant en Urinoir. Je libérais l'objet du délire de son manteau hivernal et tenta de le mettre dans mon véhicule. Cette fontaine de fonte apparemment anodine pesait son poids, pire qu'un cheval mort ! Entre nous, je préfère couler un bronze que  soulever de la fonte ! PICT0255

Arrivé à la maison, je l'ai installée au fond du jardin, face au marais, j'ai creusé un trou (avec une tarière) celui-ci communique directement avec le tas de compost qui se trouve à proximité. Comme ça, rien ne se perd.

En guise de chasse d'eau, un arrosoir constamment rempli d'eau de pluie permet de rincer la vasque.

Quel bonheur d'uriner au grand air. Et comme disait Pierre-Thomas-Nicolas HURTAUT : " Pisser sans péter, c'est aller à Dieppe sans voir la mer".

D'où la nécessité d'avoir des pissotières en extérieur.

Je me sens si bien au fond du jardin; je pense souvent à Alphonse Allais qui disait : " si j'en avais les moyens , je pisserais tout le temps "

DSCN2247